Nuage noir sur la réussite éducative de milliers d’enfants au Québec

girl-609411_640

Question : que s’est-il passé chez le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge le 27 mars dernier et qui touche de milliers d’enfants au Québec?

Réponse : un désastre, un projet de règlement tombant subitement, sans avertissement, de façon soudaine voire mystérieuse, un peu comme le tonnerre nous surprend lors d’un orage auquel on ne s’attendait pas… Lequel restreindrait encore davantage les droits des parents et des enfants à apprendre à leur rythme et à leur façon, amènerait des changements qui mineraient la réussite éducative de la presque totalité des enfants éduqués à domicile, qui obligerait finalement à reproduire l’école dans nos maisons… alors que l’apprentissage en famille, c’est justement apprendre autrement.

« La grande majorité des parents qui font l’enseignement à la maison avec leurs enfants s’acquittent de cette tâche avec brio. Ces changements ne les affecteront pas. »

– Propos recueillis sur la page Facebook du ministre de l’Éducation Jean-François Roberge Jean-François Roberge – député de Chambly (consultée le 3 avril 2019).

 

Or… LE MINISTRE A TOUT FAUX !

 

Des milliers d’enfants verront leur quotidien mis sens dessus dessous sans raison valable! Ce projet de règlement sur l’éducation à domicile a été déposé pour régler des problèmes qui n’existent pas. Plusieurs faussetés ont circulé dernièrement sur le sujet! Rétablissons les faits.

Des projets d’apprentissage bien étoffés

Tout d’abord, sur toutes les tribunes, le ministre colporte un message diffus portant à croire que les matières de base n’étaient pas prévues par le règlement actuel. C’EST FAUX! Présentement, y sont attendues : langue française; langue seconde; mathématique, science et technologie; arts; développement de la personne et univers social.

 

Un cul-de-sac éducatif

Ensuite, le ministre dit offrir beaucoup de latitude aux parents. Toutefois, IL N’EN EST RIEN! Il veut les contraindre à appliquer son programme exactement comme à l’école, une situation particulièrement dévastatrice pour les enfants ayant des défis particuliers.

Conséquemment, c’est un passage obligé vers un cul-de-sac éducatif, condamnant ainsi des méthodes novatrices et éprouvées : approches par thèmes, par projets, par les jeux, Montessori, Freinet, Waldorf, Steiner, Charlotte Mason, apprentissage naturel, etc. Centrées sur l’apprenant, sur le processus d’apprentissage, pas sur le contenu, elles sont pensées pour entretenir la curiosité naturelle et le plaisir d’apprendre.

 

Les écoles religieuses illégales

À cet effet, la très grande majorité des familles éducatrices ne font pas ce choix pour des motifs religieux. Si le projet de règlement vise à corriger ce problème, sa portée devrait être restreinte afin de s’assurer que des milliers de parents éducateurs se conformant à la loi ne soient pas pénalisés.

 

Le Québec, dernier de classe

Avec la sanction du projet de loi 144 en 2017, le Québec est devenu la province canadienne contrôlant le plus les familles éducatrices ne demandant ni services ni financement de l’État. Plusieurs provinces n’exigent aucun suivi par défaut des familles éducatrices.

 

Règlement précipité sans aucune consultation

Des modifications à la Loi sur l’Instruction publique concernant l’éducation à domicile ont été effectuées il y a à peine quelques mois (mises en vigueur en juillet 2018). Il serait sage d’attendre les résultats de l’application de ces nouvelles mesures avant de changer le règlement. Également, la Table de concertation prévue pour sa bonne mise en oeuvre devrait être consultée avant toute modification. Monsieur Roberge l’a, au contraire, suspendue sans raison pour une période indéterminée depuis l’automne dernier.

 

La relève de demain

Les parents éducateurs contribuent au développement de notre relève de demain. C’est une option éducative de plus, une autre façon de permettre aux jeunes de développer leur potentiel, pas une nuisance à contrôler. Par ailleurs, toutes les recherches scientifiques effectuées à ce jour par rapport aux enfants éduqués à domicile sont favorables aux plans académique et social.

Je vous invite à ne pas céder aux préjugés sur ce sujet méconnu et à discuter avec ceux qui font l’apprentissage en famille. Vous découvrirez des projets pédagogiques éclatés et variés, des familles passionnées, des parents présents et impliqués, mais surtout des enfants heureux et épanouis.

Appelez-moi, écrivez-moi… il me fera plaisir d’en discuter avec vous.

Publicités

L’art de conjuguer

spaghetti-863304_640Tout en humant les effluves d’une bonne sauce à spaghetti qui cuit, M. lit un livre cartonné que sa petite soeur a emprunté à la bibliothèque.

– Maman, est-ce que c’est une erreur dans le texte ça? C’est écrit « J’ai fait » avec un « t » à la fin… ça ne serait pas plutôt un « s » à cause du « J’ »?

Nous avons discuté des différents temps de verbes, du passé composé, du futur, du passé. En compagnie du Bescherelle, en brassant la sauce à spaghetti. Parlé des histoires dans les livres où on peut rencontrer le passé simple qui nous semble bien huppé et compliqué. Effleuré le subjonctif et les autres temps de verbes qu’on n’utilise à peu près jamais!  Dans la joie, c’était agréable, sans forcer… parce que ça a piqué son intérêt à ce moment précis… et qu’on a répondu à l’appel.

Au fil du temps, des questions qu’elle pose, les réponses viennent et les compétences se consolident. Les outils sont là, les parents accompagnateurs tout autant. Nous la guidons simplement dans ses apprentissages, à son rythme, lorsqu’elle est prête et intéressée à savoir.

L’apprentissage naturel, c’est rencontrer des concepts variés à diverses reprises dans des angles et contextes différents. Et ça fonctionne. Et c’est si beau à voir. Elle met en place chaque morceau de son propre casse-tête pour dévoiler un paysage magnifique, bien à elle, qui prend forme petit à petit, jour après jour.

Elle est bien déterminée à apprendre tout ce dont elle a besoin pour se construire, pour développer son potentiel unique. Elle est la fière auteure de son passé, elle participe à son présent plus-que-parfait et compose son futur à sa façon.

Son parcours n’est pas conditionnel à suivre un programme prédéterminé. C’est un impératif.

 

Les scripts

Kaamelott

Hier, M. vient me voir et dit « Viens voir, maman, j’ai tout recopié l’épisode « Poltergeist » de Kaamelott! » (pour ceux qui voudraient l’écouter : https://www.youtube.com/watch?v=SH25BykhKRg). Kaamelott est une série télévisée française humoristique à saveur historique. Elle s’inspire de la légende du roi Arthur, des chevaliers de la Table ronde et de la recherche du Saint Graal. #histoire #humour

Depuis des années, elle s’amuse à tout réécrire le script des épisodes à une amie sur Skype, incluant les descriptions qu’un narrateur ferait pour nous mettre en contexte si on n’avait pas le visuel. Elle me montre d’autres épisodes qu’elle a retranscrits. Puis, elle retombe sur un épisode qu’elle avait écrit il y a un an environ. Elle me dit : « Maman, je l’ai tout corrigé celui-là. Il y avait beaucoup de fautes. J’écris beaucoup mieux aujourd’hui. » #autoévaluation #progressiondesapprentissages #langue #français #révision

L’alphabet dans son dentier

M., la plus grande des enfants, n’a jamais été intéressée par la chanson de l’alphabet (sur l’air de « Ah, vous dirais-je Maman »). Elle sait pourtant aujourd’hui lire et connaît l’ordre des lettres. Je ne sais toujours pas comment elle a appris l’ordre des lettres.

alphabet-soup-2034920_640

Depuis quelques jours, elle chante la chanson de l’alphabet avec S., sa petite soeur.  S. chante maintenant la chanson sans se tromper.  S. a par contre inventé une finale bien à elle : « Voilà, je vous ai raconté l’alphabet dans son dentier. » plutôt que « dans son entier », comme le veut la version officielle. Et elle se trouve bien comique!

L. ne s’était jamais intéressé à cette chanson non plus, ni à l’ordre des lettres même s’il les connaît toutes séparément. Puisque sa soeur plus jeune que lui savait maintenant la chanson par coeur, je crois qu’il a voulu montrer qu’il était capable de l’apprendre lui aussi. Alors, le lendemain, il s’est mis à chanter l’alphabet sans erreur à son tour.

Fin du défi 30 jours

Jour 30 du défi #30joursunschooling #30joursAEF

C’est la dernière journée du défi, mais la vie continue, ses beautés et ses défis de tous les jours également. Je continuerai à bloguer sur Parcours libre, mais sans doute pas quotidiennement!

J’espère que mes petites et longues publications du mois de novembre auront su contribuer, aux côtés de celles de tant d’autres, à démystifier l’apprentissage naturel, le unschooling, cette façon d’apprendre autrement, un choix intéressant, parmi tant d’autres, valable et favorable au bon développement des enfants.

46362808_2248044775229162_1581997842807914496_o

J’en profite pour vous inviter à la journée de conférences L’éducation autrement : des écoles alternatives au unschooling le 26 janvier prochain à Montréal. Une journée pour promouvoir une diversité d’options éducatives, telles que les écoles alternatives et démocratiques (ou libres), l’éducation à domicile, le unschooling et les centres d’apprentissage autodirigé, pour aborder des thématiques telles que la neurodiversité, la recherche en éducation, l’éducation libre et démocratique, l’oppression des mineurs, etc. et nourrir les discussions et débats relatifs aux divers enjeux liés à l’éducation alternative. #educationautrement2019

Je coanimerai lors de cette journée un panel en compagnie de merveilleuses collaboratrices. Le titre de ma présentation sera Unschooling, l’approche par passion.  Au plaisir de vous y rencontrer, c’est un rendez-vous!

https://www.facebook.com/events/801812356837781/

Crêpes, calligraphie et liberté

Jour 29 du défi #30joursunschooling #30joursAEF

Jour29lettré

Aujourd’hui, M. va dormir chez une amie pour sa fête.  L. aura un ami qui viendra dormir ce soir.  La situation : la maison est à l’envers et on a faim. Les besoins : avoir une maison propre et faire des crêpes.  M. propose de faire les crêpes, L. s’occupe de ranger la salle de jeux, S. ramasse les pièces d’un jeu de société laissé par terre. #distributiondestâches

M. doit doubler la recette, parce qu’on aime ça les crêpes, et à cinq, la pile se vide rapidement! Je lui tends le livre de recettes; elle fait le mélange, double les quantités, cuit les crêpes. #débrouillardise #maths #cuisine Au passage, on remarque les formes uniques que prennent chacune des crêpes en cuisant : un cornet de crème glacée, un petit oiseau, une raie, un gros chien, une fleur et ses pétales, un visage, etc. #delaviedanslapoêle

Après le déjeûner-dîner, L. décide d’écrire quelques mots à la main sur une feuille de papier. #progressiondesapprentissages  M. veut se pratiquer à faire des chiffres plus beaux, juste parce qu’elle souhaite les voir plus beaux lorsqu’elle les pose sur le papier. #calligraphie Elle n’aimait pas trop ses « 8 », alors elle les a transformés en dessins. #autoévaluation #créativité

Les journées se suivent, mais ne se ressemblent jamais. Chaque minute est un temps choisi, investi à bon escient, à développer des qualités uniques, un projet de vie. Chaque fois que j’aperçois mes enfants apprendre en fonction de leurs intérêts et à leur façon, sans contrainte, s’émerveiller, s’épanouir, entreprendre un projet, je vois qu’ils saisissent à pleines mains chaque instant de cette liberté et la transforment peu à peu en autonomie. Et chaque fois qu’ils développent de nouveaux talents, ils se sentent plus confiants. Et la confiance, antidote à la peur du ridicule, les rend plus libres.

La présence, le rythme et les saisons

Jour 28 du défi #30joursunschooling #30joursAEF

28coucherSoleilLettré

Il est 9h, tout le monde dort encore. Le matin dans la maison, tout est paisible. J’ai souvent l’occasion de voir le soleil se lever, caressant le chat blotti sur mes genoux. Doux moments que je savoure… J’ai écouté un documentaire ce matin. Je pense à des activités à mettre dans le calendrier des 24 jours dans l’attente de Noël. Je le fais depuis qu’ils sont tout petits, et ils l’attendent avec impatience tous les ans.

Les enfants se réveillent un à un, lorsqu’ils ont eu assez de sommeil. La matinée se déroule lentement. La neige mouillante fond dehors. 10h : S. a préparé son déjeûner : des craquelins, du hummus et des fruits; L. s’amuse avec le chat; M. poursuit la lecture de son roman. Souvent, ils n’ont pas besoin de moi; je suis disponible pas loin au cas-où. Je suis là, c’est tout. « Apprendre, c’est vivre; et inversement. », citation de Jean-Pierre Lepri, docteur en éducation et en sociologie.

10h22 : je reçois un appel pour le travail, la petite dernière sur les genoux. 10h52 : les enfants prennent un deuxième déjeûner; ils savent choisir des aliments sains et ils mangent quand ils ont faim. Ils prennent plusieurs collations dans la journée, ils cuisinent souvent et nous aussi. Oui, ça fait pas mal de vaisselle. 11h22 : je fais la vaisselle. 11h52 : je pars la mijoteuse pour le souper de ce soir. Je fais un peu de bénévolat, nous faisons quelques tâches ici et là. Nous sommes là, c’est tout.

12h33 : on s’assoit à table pour le dîner, parce qu’on aime manger ensemble, discuter, se retrouver. 13h31 : Après le dîner, L. me demande de jouer avec lui à « Grosse princesse » (un jeu vidéo).  14h02 : M. veut que je lise un livre avec elle. 14h55 : je suis dans l’auto, ça sonne à la radio. Alerte nationale : on me dit que je suis en sécurité. Heureusement, parce que j’ai rendez-vous à 15h. Vous l’avez reçu vous aussi? 17h30 : De retour pour le souper, ça sent bon dans la maison. Papa est là, c’est tout.

18h39 : M. prépare une carte de fête pour une amie. Elle me demande s’il y a des fautes dans le message qu’elle a écrit dans la carte.  19h18 : S. et L. s’amusent à gonfler et dégonfler un ballon.

Je n’ai pas remarqué leurs apprentissages de la journée. Je ne les vois pas toujours. Je ne suis pas un Club Med. Je ne les surstimule pas. Je ne les talonne pas. Je ne les épie pas. Je ne les harcèle pas avec ça non plus. J’ai confiance en eux, en leurs ambitions internes, en leur curiosité naturelle, leur désir d’apprendre, leur rythme. Les petits humains sont naturellement curieux. Ils souhaitent développer leur potentiel. Et ils le font avec brio. Nous sommes là, c’est tout.

Les journées varient selon les saisons. Chaque saison nous invite dans son ambiance particulière, à suivre un rythme différent. L’automne est arrivé… et l’hiver aussi, semble-t-il! Lentement, graduellement… on a changé de rythme. On est davantage en mode cocooning; après avoir passé tant de temps à l’extérieur et en mouvement cet été, on se réapproprie la maison. Ma grande a repris le tricot et la lecture, mon garçon ses Legos et ses jeux vidéos. La petite dernière fait la tornade ici et là, entre deux casse-tête, question de nous garder occupés!

La neige est pesante, le temps est gris; la journée est lente, le clan aussi. Nous sommes là, c’est tout.