Liberté, éducation et projet de loi 144

book-2306181_1920

C’est la rentrée! Pour certains parents, les préoccupations sont à savoir si l’enfant aimera son professeur, son école, ses amis, aura de bonnes notes, etc. Pour d’autres, c’est plutôt de veiller à garder la liberté d’éduquer son enfant selon ses valeurs, ses besoins, ses objectifs, son rythme. A ce sujet, deux projets de loi liberticides ont été déposés à l’Assemblée nationale du Québec : le projet de loi 144 visant à modifier la Loi sur l’instruction publique en juin dernier, et le projet de loi 99 (ou plus précisément ses amendements) modifiant la Loi sur la protection de l’enfance, déposé en juin 2016, très étroitement lié au projet de loi 144.

Nuisent

 

Tous dans la même boîte?

Ces projets de loi ont mis dans la même boîte écoles religieuses illégales, enfants sans papiers et éducation à domicile, des réalités fort différentes. Ces projets de loi font du tort à tous, au progrès au sein même des institutions éducatives, aux intervenants qui y oeuvrent, aux parents-éducateurs, à l’implantation de tout projet d’école démocratique au Québec. Ils nuisent à tout ceux dont la vision pédagogique est centrée sur l’enfant plutôt que sur le contenu.

Une éducation centrée sur l’enfant

L’apprentissage en famille, souvent, se concrétise bien autrement que faire comme à l’école, mais dans la maison. L’éducation à la maison s’adapte, plus souvent qu’autrement, aux besoins, au rythme et aux intérêts de l’apprenant, elle est centrée sur l’enfant. Le parent adoptant une attitude éducationnelle centrée sur l’enfant porte son attention principalement sur le processus d’apprentissage, met en avant l’engagement de l’apprenant ainsi que le développement personnel et social. Les méthodes utilisées peuvent être variées : approche par thèmes, par projets, par les jeux, Montessori, Freinet, Waldorf ou Steiner, Charlotte Mason, unschooling, éclectique, etc. Le dernier rapport du Conseil supérieur en éducation, organisme chargé de conseiller le ministre de l’éducation, porte d’ailleurs des recommandations allant en ce sens.

Le but de l’éducation

Revenons à la base : quel est le but de l’éducation? Produire des individus qui peuvent répondre à des questions données à un moment précis de leur vie? Former de la main d’oeuvre pour satisfaire aux contraintes des industries et entreprises du marché? Ou faire de chaque être humain un être autonome, instruit et outillé pour participer au développement et à l’épanouissement de la société québécoise?

quotes-permettre-chaqueLes recommandations du Conseil supérieur de l’éducation (CSE), dans son “Rapport sur l’état et les besoins de l’éducation 2014-2016”, portent un éclairage sur cette question fondamentale. Ils y écrivent que l’éducation doit tendre à répondre aux besoins individuels (temps, contexte, soutien, enrichissement, etc.) pour permettre le développement du plein potentiel de chacun, quel que soit ce potentiel, en vue d’une société où tous trouvent leur place. L’individu doit être au coeur du programme éducatif, le but ne doit pas être exclusivement l’adaptation des compétences aux besoins des entreprises.

On peut également y lire qu’il faut que les droits des individus et l’accès aux ressources ouvrent de réelles possibilités et permettent aux individus de faire des choix positifs, qui ont du sens pour eux, et non de se résigner à un parcours tracé à l’avance. L’idée que l’éducation doit non pas être un concours à remporter par les plus forts, mais plutôt une course de fond à terminer chacun à son rythme est également évoquée.

Ils ajoutent aussi que c’est généralement l’évaluation des apprentissages qui trace la ligne entre les gagnants et les perdants. L’évaluation aurait un rôle de tri social qui n’est pas favorable à la réussite des enfants, puisqu’elle mine l’estime de soi et favorise la compétition entre eux. De plus, ils invitent à questionner la forme traditionnelle de transmission des savoirs, qui privilégie l’écrit dans un espace-temps peu flexible.

Revenons-en au projet de loi 144…

Commission parlementaire de la culture et de l’éducation

Une Commission parlementaire sur la culture et l’éducation était en cours la semaine dernière pour discuter du projet loi 144. Il est fort intéressant et même éclairant de visionner les différentes auditions des trois jours de travaux de cette commission qui en débattaient. En vérité, on a peu discuté des sans papiers et des écoles religieuses illégales, on a surtout débattu de tout ce qui touche à l’éducation à domicile. Des associations et des chercheurs dans le domaine ont défilé tour à tour pour exposer leur point de vue sur la situation actuelle, et plusieurs ont proposé des amendements au projet de loi.

De nombreux mémoires ont été déposés par plusieurs parties se sentant interpelées par la question. Nous vous invitons à lire ceux de l’Association québécoise pour l’éducation à domicile, de Thierry Pardo (chercheur en éducation), de Christine Brabant (chercheuse en éducation), du collectif des Parents soutenant l’apprentissage naturel chez les enfants, celui de Julie Duquette et Julie R-Bordeleau et celui du Réseau des écoles démocratiques au Québec.

Des modifications doivent être apportées afin que la loi respecte la liberté éducationnelle et s’inscrive selon les valeurs fondamentales de la société québécoise : un état de droit, une société libre et démocratique, l’égalité entre tous et toutes, l’importance de la diversité culturelle, le pluralisme, la tolérance et le respect des droits et libertés individuels. Pour être plus au fait de la question, je vous invite à écouter, entre autres, les auditions de Christine Brabant (chercheure en éducation), de l’Association des orthopédagogues du Québec et de l’Association québécoise pour l’éducation à domicile.

D’une part, force est de constater que chez les élus, il y a un manque flagrant d’information sur le sujet. Chez certains intervenants, on perçoit même de l’hostilité, des préjugés et un manque d’ouverture face à l’éducation à domicile. L’éducation à domicile n’est pourtant pas une nuisance. Ce n’est pas un combat contre d’autres modes d’éducation, c’est un choix fait pour les enfants, pour des raisons fort variées, par des parents désirant prendre en main leur responsabilité et leur droit d’éduquer leur enfant.

quotes-L--ducation---domici

D’autre part, chez d’autres intervenants, on sent au contraire une curiosité, un réel désir de comprendre ce phénomène en croissance au Québec. On remarque également un changement positif dans la perception des députés au fil du déroulement de la Commission. On a pu entendre des discussions encourageantes sur cette manière d’apprendre autrement. En espérant que « les bottines suivent les babines »!

Responsabilité éducative

Au sujet de la responsabilité éducative : on oublie trop souvent que le parent est le premier responsable de l’éducation de l’enfant. Le Code civil du Québec (articles 599 et 601), la Déclaration universelle des droits de l’Homme (article 26.3) et la Déclaration des droits de l’enfant des Nations unies (principe 7) donnent tous trois aux parents la responsabilité et la priorité à choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.  De fait, il devrait plutôt aviser les autorités s’il désire transférer cette responsabilité vers quelqu’un d’autre, c’est-à-dire, lorsqu’il souhaite inscrire son enfant dans un établissement scolaire.

priorite

Remplir sa boîte à outils

En terminant, il est bon de se rappeler que l’apprentissage en famille correspond à l’essentiel de l’histoire éducationnelle de l’humanité. C’est un choix intéressant, parmi tant d’autres, valable et favorable au bon développement des enfants. La loi doit refléter cela, et suivre l’esprit de la commission parlementaire, soit l’ouverture et la collaboration, puisqu’il est vrai que les paroles s’envolent, mais que les écrits restent.

quotes-l-apprentissage-en-f

Le droit à l’éducation pour tous ne doit pas se concrétiser par l’obligation d’envoyer les enfants à l’école. L’apprentissage hors institution doit rester un choix, une façon différente pour les enfants de remplir leur boîte à outils pour le monde d’aujourd’hui, afin d’être prêts pour celui de demain.

 


Liens utiles :

Documents cités :

PROULX, Sébastien. Projet de loi n°144, http://www.assnat.qc.ca/Media/Process.aspx?MediaId=ANQ.Vigie.Bll.DocumentGenerique_130683&process=Default&token=ZyMoxNwUn8ikQ+TRKYwPCjWrKwg+vIv9rjij7p3xLGTZDmLVSmJLoqe/vG7/YWzz.

CONSEIL SUPÉRIEUR DE L’ÉDUCATION. Rapport sur l’état et les besoins de l’éducation 2014-2016, Gouvernement du Québec, 2016, p. 6 à 23. Disponible en ligne : http://www.cse.gouv.qc.ca/fichiers/documents/publications/CEBE/50-0494.pdf

Code civil du Québec (articles 599 et 601) : http://alturl.com/ybvsj

Déclaration universelle des droits de l’Homme (article 26.3) : http://www.ohchr.org/EN/UDHR/Documents/UDHR_Translations/frn.pdf

Déclaration des droits de l’enfant des Nations unies (principe 7) : https://www.humanium.org/fr/normes/declaration-1959/texte-integral-declaration-droits-enfant-1959/

Commission parlementaire de la culture et de l’éducation

SÉANCES :

5 septembre 2017 : http://www.assnat.qc.ca/fr/video-audio/archives-parlementaires/travaux-commissions/AudioVideo-73473.html

6 septembre 2017 : http://www.assnat.qc.ca/fr/video-audio/archives-parlementaires/travaux-commissions/AudioVideo-73489.html

7 septembre 2017 : http://www.assnat.qc.ca/fr/video-audio/archives-parlementaires/travaux-commissions/AudioVideo-73519.html

MÉMOIRES TRANSMIS :

http://www.assnat.qc.ca/fr/travaux-parlementaires/commissions/CCE/mandats/Mandat-38165/memoires-deposes.html

Autres ressources pertinentes :

Association québécoise pour l’éducation à domicile (AQED) : http://aqed.qc.ca/fr/

HomeSchooling Legal Defense Association (HSLDA) : https://www.hslda.org/

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s